TEMPS NUAGEUX
10 / 12°C
Saison: Printemps

à incarner de toute urgence !

Tops Partenaires

Petites annonces

21/03/2017 — La maintenance est terminé ! Le forum possède un nouveau design et le recensement est lancé dans la partie Annonces & Event ou vous avez deux semaines pour vous recensez !
-->

Musique

©linus pour Epicode
Ouvre/Ferme


Le monde de Déodras est composé de cinq royaumes bien différents. Certains sont en paix, d'autres en guerre ! Qu'allez-vous jouer ? [NC-16 - H/Y/Y autorisé]


Civils
avatar
Messages : 20
Royaumes : Solaufein







Murmure du crépuscule.


Longue route qu'est la solitude, d'autant quand on la prend dans un but aussi sombre que la vengeance. J'avais renoncé à gagner l'amour de mon grand-père, c'était ainsi, il ne pourrait jamais apprécier l'enfant qui avait ôté la ville de sa précieuse fille. Ce n'était pourtant pas de ma faute si j'étais venue au monde. Ce n'était pas de sa faute si elle était tombée amoureuse d'un homme. Alors qui pouvait me juger ou me punir pour une telle chose ? Qui avait le droit de m'enfermer durant de longues années dans la solitude ? Il pensait qu'il en avait le droit et quand bien même portais-je les couleurs de la familles, jamais j'en aurai le nom.

Alors j'étais partie, pas a cause de lui, pas seulement, mais pour elle. Ma cousine qui m'avait apprit a sourire et a rire. Ils l'avaient torturée, ils l'avaient déshonoré avant de la laisser mourir seule ! Je ne pouvais laisser ces fumiers s'en sortir. Et c'était avec rage que j'avais tout simplement décidé de partir. Je devais retrouver ses personnes qui braconnaient les hommes bêtes comme de vulgaires animaux. Et elle en avait été l'une des nombreuses victimes. Ma pauvre et douce cousine.

J'avais essayé d'aller en ville et j'avais croisé la route d'une rouquine très désagréable. Surtout quand elle crue que j'allais faire du mal à un gamin qui venait tout juste de me faire les poches. Quelle ironie, j'étais peut-être agressif et en colère, même si bien souvent je préférais la violence, je n'étais pas à venir à blesser un enfant. Loin, très loin de là.

De longues heures plus tard, j'allais doucement vers la forêt. Cet endroit calme, paisible et si loin de tout ce monde. Ils me donnaient mal à la tête à parler fort. Ils me donnaient la nausée a se disputer pour un rien. Quelle bande de fou ! La solitude m'allait bien mieux.  Toutefois la nuit tombait et c'est près d'une rivière que je décidais d'arrêter ma marche pour la journée. Ma fourrure luxueuse me servit de coussin et en un rien de temps je sombrais dans un sommeil léger qui s’alourdit en douceur.

Plus tard j'userai de mon argent pour entreprendre un long voyage. Je me ferrai passé comme étant un marchand d'arme. Avec l'argent que j'avais pris avec moi cela était faisable et je n'aurai aucun mal de finir par leur tomber dessus. En attendant je dormais paisiblement...



Codage by Lamire

_________________


Civils
avatar
Messages : 38
Encore une journée comme toutes les autres, mères venait me réveiller de ma longue sieste et comme à son habitude, elle venait éclairer le vaste monde de sa chaleur. J'étais quelque peu difficile à réveiller, les doux draps que je m'étais tricoté me tenaient dans la chaleur et le réconfort et vu que je n'avais rien de prévus pour aujourd'hui, je voulais tout simplement rester dans cette chaleur qu'était ma propre maison, dans laquelle je m'étais forgée sueur et âme pour la construire. Je ne suis pas comme tous ces hommes bêtes qu'est mon peuple et c'est justement cela qui fait que je sois seule. Mes frères sont partis par obligation par notre père, mais étant faible de santé et peut être incapable de donner naissance à cause de ma faiblesse, pas que je ne pourrais pas donner naissance, mais que je pourrais y rester, mon père as décidé de faire comme si je n'existais pas et vu que les hommes de la famille n'élèvent pas les filles, j'ai été confier à d'autres femmes pour finalement me retrouver exilée dans cette forêt.
Je ne me plains pas de ma destinée, si elle a voulu qu'elle soit ainsi, je ne peux la contredire. D'un côté, vivre seule sans dépendre de qui que se soit est pour moi une sorte de liberté que d'être comme tous les autres et finalement, vivre une vie lassante et avec un éternel recommencement. Parfois, je rêve de quitter le royaume et partir découvrir les autres îles de cette planète. Mais de l'autre, je me dis que j'ai ma ferme à m'occuper et je désire rien qu'une seule fois, voir mon père me regarder et m'appeler par mon prénom.

Mais alors que je retournais dans mes rêves, une chose blanche venait s'installer sur ma tête. C'était doux, mais à la fois étouffant qu'il m'était impossible de respirer. Au bout de plusieurs minutes, je me relevais rapidement pour reprendre ma respiration, mes cheveux venant se mettre sur mon visage et complètement chambouler.

-Hiyo! Tu as failli m'étouffer ! Ce n'est pas la première fois.

Cette chose douce mais étouffante prie l'apparence d'une simple poule, mais au caractère bien trempé. Hiyo est une poule, une poule que j'ai recueillie il y a bien longtemps en Hiver. Il n'était pas rare de voir des animaux sauvages à la recherche de nourriture l'hiver. On appelle cela la chaîne alimentaire. Tout comme nous, nous avons besoin de viande pour survivre. Hiyo était seule dans ce froid d'hiver, n'ayant plus aucune famille, j'ai voulu prendre soin d'elle et maintenant, elle se croit tout permis, et même jusqu'à vouloir me commander lorsqu'elle n'est pas contente.

Elle se contenta alors de me fixer de ces deux yeux avant de s'approcher de moi pour venir s'installer sur ma tête. Je pouvais malheureusement dire adieu à ma grâce mâtinée pour aujourd'hui. Une fois levé, j'apportais un énorme sac de graine et de nourriture pour tout genre à ceux qui s'était logé dans ma demeure. Après tout, la terre appartient aussi bien cas nous qu'au autre animal.

Une fois mes animaux de la ferme occupée, nettoyer et ranger, je partais en direction du point de rivière en courant nue pied dans cette forêt où j'habite et ou je me sens plus ou moins libre de gambader. Mon kimono était léger et me permettait de courir sans grande difficulté, et même si j'étais un garçon manqué, je savais que je n'étais pas raffiné ni à ressembler à toutes ses femelles qui ne cherchent que la plus grosse partie pour se marier et suivre la tradition de la reproduction. Mon instinct animal me poussait à aller explorer plus loin. Étant une demi-louve et un demi-chat, j'ai l'instinct curieux et aventureux. Mais alors que j'avais l'habitude de voir toujours le même décor, une chose m'interloqua. Une personne allongée prêt du ruisseau où je prenais plaisir à venir me laver.
De là où j'étais, je ne savais si cet homme était mourant, ou simplement en train de se reposer. Malheureusement, ma curiosité prend toujours l'avantage et me dirigea vers cette inconnue. Je ne fis aucun bruit avant d'arriver vers l'arrière de sa tête pour l'observer, mes cheveux d'une couleur surnaturelle venant se glisser vers l'avant de mon visage pencher vers le sien, clignotant des yeux pour l'observer. Je n'avais jamais rencontré quelqu'un comme lui. J'ignorais d'où il venait, mais il ne semblait porter aucune attributs animale. Il était spécial, tout comme moi, qui a été rejeter des autres et qui par la couleur de mes yeux et celle de mes cheveux me rend tout simplement unique.

-hm.... Est-ce que tout va bien ?
 
Murmure du crépuscule. [ Chaton]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chaton Perdu ? [ PV : Petit Hérisson ]
» Le Murmure des Chimères
» Chaton [ Seïren ]
» Présentation de Boule de Miel, un chaton très énergétique... ||A.F 05 JUIN|| Terminé
» Ses sanglots n’étaient qu’un murmure étouffé par le vent

Permission de ce forum: